Le matin du 1er Janvier 2015 - Un boucher érudit

Publié le par Jean Leznod

Francis Bacon
Francis Bacon

Le matin du 1er Janvier 2015 un boucher érudit, qui occupait une chambre du petit Motel, mais néanmoins charmant, des Trois Chiens, décida de rester enfoui sous les draps, à lire le seul bagage qu’il avait réussi à sauver : ses livres.

Son appartement et sa boutique avaient pris feu, suite à une fuite inopinée de gaz, qui s’était combinée avec la défaillance étincelante et subite d’une prise électrique, répandant dans la ville une odeur de steack grillé.

Ce parfum de viande carbonisée fit beaucoup parler de lui. Il eut d’ailleurs beaucoup de mal à s’en aller, ce qui aggrava son cas, et ternit pour longtemps la réputation de la rue.

Mais le boucher érudit n’en eut cure, resta enfermé, muet, se faisant livrer le strict minimum, et chaque jour qui passait, dévora les livres qu’il avait disposé à la portée de ses mains, c’était bien plus pratique.

Il fredonnait cette douce mélodie comme une abeille butine.

« Au revoir, la hampe, le collier, le gîte, bavettes et côtelettes, à moi l’érudition, l’érudition, i-on, i-on, et vive cette nouvelle passion, i-on, i-on ! »

Il ne serait plus question qu’il retourne travailler, tout cela avait bel et bien brûlé. Tant de mondes nouveaux l’attendaient.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Malvina Vouillerot 26/09/2016 23:50

J'aime bien ces rendez-vous improbables du 1er Janvier. Une belle galerie de portrait.

Jean Leznod 01/10/2016 14:38

Merci Malvina, je me suis beaucoup amusé en les écrivant, à très bientôt sur Jeux de plume avec grand plaisir :-) !

Malvina Vouillerot 26/09/2016 23:49

J'aime bien ce matin du 1er Janvier on y rencontre que du beau monde!...