Ce qui berce ce qui bruisse.

Publié le par Jean-Claude Goiri*

Ce qui berce ce qui bruisse.

Extrait

Nuit vibration à corps transe, sentir la viscosité de mon cerveau, le relief de chacun de mes nerfs et de ce qui tranche avec le jour, sentir le sommeil des autres et veiller sur leurs peaux jusqu’à ce que vie s’ensuive, entrevoir le jour plutôt que d’en être aveuglé, nuit vibration, accepter l’éveil renouvelé à chaque instant, refouler ce sommeil imposé par le jour, corps transe, recevoir le sursaut d’un muscle juste au coin d’une paupière, profiter des largesses d’une lumière artificielle qui obéit au doigt et à l’œil, nuit vibration, suspendre le temps comme un linge humide et souffler dessus pour aérer ses fibres, ne plus rien savoir, ne faire que sentir, ne marcher qu’avec les doigts, tout habillé de calme et de silence ne plus tenir par un fil mais par mille cordes qui vibrent au moindre souffle de la pensée, nuit vibration, l’accord tranche avec les bémols de la journée, les dièses brillent au plafond, le possible est à portée de dents, le rêve s’invite dans chaque mot frappé, les jambes se désencombrent de tout un attirail de vélocité, les bras deviennent les membres porteurs de tout un corps voué à la transe d’une nuit vibration.

A paraître aux Éditions Vincent Rougier

* Exceptionnellement, la magie des mots s'ouvre à un autre auteur qui est aussi le créateur de la revue "Festival Permanent des Mots", à lire et relire. Une expérience qui sera probablement renouvelée.

Site de Jean-Claude Goiri
www.jeanclaudegoiri.com

Site du Festival Permanent des Mots
www.fepemos.com

Publié dans Revue de mots

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article