Ecrire, écrire, pour chasser les joies.

Publié le par Jean Leznod

Écrire, écrire et peu importe quoi
Pour chasser les joies
Qui ne reviendront pas
Un jour sombre a sonné leur glas


Écrire, écrire, sur tout et rien
Quand nous nous tenions main dans la main
Que rien d’autre n’existait
Que toi et moi et le soleil qui se couchait


Écrire, écrire, comme une fuite
D’encre noire au diable qui se répand
Dans tout mon être tremblotant
Au goût de l’âcre se rétracte l'huître


Écrire, écrire, tel un baume
À ce qui ne sera plus
À cette petite maison au toit de chaume
Où nous étions heureux si nus


Écrire, écrire, pour oublier
Qu’il y avait des jours gais
Surtout quand tu étais là
Blottie caresse dans mes bras

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pichoir 07/03/2016 16:41

Texte plein de charme et de douceur, de regret d'un avant qui ne reviendra pas... Pour le moins pas identique... Merci pour ce texte.

Jean Leznod 10/03/2016 08:29

Merci à vous !

Denyse Hamer 04/03/2016 20:44

Touchant et magnifiquement écrit...comme toujours Jean Leznod sait si bien le faire.

Jean Leznod 04/03/2016 21:39

Oh merci ma très chère Denyse !