A votre bon cœur, vous qui n’en avez pas

Publié le par Jean Leznod

A votre bon cœur
Vous qui n'en avez pas
Toute ma candeur
Pour ne pas finir mort rat
 
Voyez-vous
Je ne suis pas libre
Ma vie a perdu l'équilibre
Sans l’unique sou
 
Pensez-vous
Que la faim qui tiraille
Comme ascèse m'aille
Êtes-vous fous !
 
Alors je joins mes mains
Pour ne pas finir tel un chien
Dans la horde des loups
Sous la hargne des coups
 
Sourds, insensibles
Suis-je invisible ?
Maintenant regardez
Ce que veut dire crever
 
Pitié, compassion
Pour un pauvre trublion
Avant que le pire
Ne m’oublie, ne m'aspire
 
La fin est si proche
Et comme c’est moche
Votre aveugle regard
Pour ce dernier soir

Publié dans Poésie

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lionel Droitecour 09/07/2016 04:17

"La fin est si proche
Et comme c’est moche
Votre aveugle regard
Pour ce dernier soir"

Je reprends ces mots à mon compte puisque, malheureusement, chaque poète, voire tout un chacun peut désormais les faire siens dans cette société de fer en"état d'urgence"...

On ressent à lire ce poème une ironie tendre et désabusée. Tâchons donc, à votre imitation, de ne pas finir "mort rat".

Amicalement,

Lionel D

Jean Leznod 09/07/2016 10:22

Merci Lionel et oui résistons je crois profondément que la poesie peut être un acte politique dans le sens noble du terme. Amitiés, Jean

Montagnac Béatrice 28/06/2016 18:50

sublime et émouvant

Jean Leznod 28/06/2016 19:24

Merci Béatrice

maposie 18/06/2016 22:23

C'est super ! émouvant !

noellia lawren 18/06/2016 15:49

j'adore !!!

Lionel Droitecour 18/06/2016 13:40

De la belle ouvrage, ma foi, mais hélas par trop d'actualité en ces temps d’égoïsmes vulgaires, où la compassion s'arrête, le plus souvent, au seuil de la bonne conscience.
Cependant que prospèrent les paradis fiscaux.

Jean Leznod 18/06/2016 17:53

Merci à vous deux, et oui hélas...